31.05.2019 /
Iran
/ news

Iran: une église assyrienne fermée par la police

En Iran, une église assyrienne presbytérienne à Tabriz a été fermée par la police au début du mois de mai. La croix du clocher de l'église a été enlevée. 

Le symbole est fort: le clocher de l'église assyrienne presbytérienne de Tabriz en Iran n'a plus de croix. Elle a été enlevée le 9 mai dernier. L'église a été fermée.

Un grand nombre d'agents des services de renseignements ont littéralement pris d'assaut l'église centenaire, qui est aussi un site du patrimoine national. Ils ont changé toutes les serrures, arraché la croix du clocher de l'église et ordonné au gardien de l'église de partir. Ils ont aussi installé des instruments de surveillance et ont fermé l'église. Une source, restée anonyme pour des raisons de sécurité, déclare: «Ils ont clairement indiqué que le peuple assyrien n'est plus autorisé à y tenir un culte.»

En décembre dernier, quelques jours après Noël, des pasteurs d'autres églises avaient été empêchés de venir dans cette église à Tabriz pour un culte commun des communautés chrétiennes assyriennes et arméniennes. 

L'église, appartenant à la communauté assyrienne, avait été confisquée par décision du tribunal révolutionnaire iranien en 2011, mais les membres de l'église avaient jusqu'à présent pu continuer à utiliser le bâtiment pour des cultes en langue assyrienne.

Selon Mansour Borji, directeur plaidoyer pour l'association de défense des Droits de l'Homme Article 18: «De nombreuses églises appartenant à des protestants ont été confisquées en Iran. Elles restent généralement vides, souvent négligées, et se transforment en ruines avant d'être démolies.»

Les chrétiens des communautés historiques assyrienne et arménienne d'Iran sont une minorité reconnue, qui peuvent généralement pratiquer librement leur foi. Ils ont interdiction cependant d'accueillir des Iraniens de souche perse et de tenir des cultes en farsi (langue nationale d'Iran).  

(Source: Article 18)