04.12.2020 /
Irak
/ news

Irak: Chrétiens de retour à Mossoul: «Notre présence est comme du sel pour la région!»

Quelque 200 familles chrétiennes déplacées à l'intérieur de l'Irak retournent actuellement à Mossoul et ses environs, au nord du pays.

Selon le pasteur Raed Adel, responsable de l’Églises catholique syriaque de Mossoul, environ 45’000 chrétiens vivaient dans le chef-lieu de Mossoul. Depuis que la ville a été libérée de la domination de l'ÉI en 2017, très peu d'entre eux sont revenus. 

Les islamistes ont détruit une grande partie de la ville. Les messages inscrits sur les murs en écriture arabe, tels que «Terre du Califat», ne laissaient aucun doute sur les ambitions du groupe d'y établir un État islamique. Aujourd'hui, d'autres messages, encourageants, se font entendre.

Des messages de bienvenue inhabituels

Un groupe de bénévoles locaux a déblayé les décombres de l'église catholique syriaque Saint-Thomas. «C'est un message qui dit 'Revenez, Mossoul n'est pas complet sans vous», a déclaré Mohammed Essam, co-fondateur du groupe, au groupe de presse Arab Weekly. Il a été témoin des atrocités commises contre les minorités pendant le régime de l'ÉI et souhaite maintenant offrir son soutien.

L'église, vieille de près de 200 ans, a également été pillée par l'ÉI. Le groupe d'Essam a distribué de la nourriture et récolté des dons pour aider à reconstruire les maisons des plus démunis. «Nous voulons montrer que les chrétiens ont leur place, qu'ils ont une histoire riche ici», dit Essam. Des paroles inhabituelles dans un pays où les chrétiens luttent pour leur survie et ont perdu leurs biens dans bien des cas.

Les chrétiens jouent un rôle important dans la reconstruction

Un autre religieux, le prêtre Karam Shamasha, est récemment retourné dans son village d’origine dans la plaine de Ninive. «Notre présence est comme du sel pour la région, pas seulement dans un sens spirituel», souligne-t-il […].  Notre mission est de créer une ambiance pacifique dans ce pays. Par le témoignage de notre foi, de notre amour et de notre sérénité, nous devons montrer qu'il existe une vie qui dépasse la violence et la guerre.»

The Faith Factor, un nouveau rapport de Portes Ouvertes, démontre que la communauté chrétienne contribue souvent grandement à la reconstruction d'un pays après un conflit. «En temps de crise, le clergé local jouit souvent d'une plus grande confiance que les hommes politiques ou les organisations extérieures. Leur foi peut motiver les collaborateurs à servir les plus faibles. Leur réputation sur place et leur engagement peuvent donner de la crédibilité à une organisation», explique Kathryn Kraft, auteur du rapport.

Sources: Fides, Arab Weekly, Crux, Portes Ouvertes