12.03.2021 /
Indonésie
/ news

Indonésie: Une lycéenne chrétienne fait avancer la liberté religieuse!

Jeni, élève chrétienne d’une école publique d'Indonésie, a refusé de porter le hijab au lycée. Son geste courageux a fait avancer la cause de la liberté religieuse. 

Jeni, 15 ans, estimait qu’en tant que chrétienne, elle n’avait pas à porter le foulard islamique dans un établissement public en Indonésie. Mais la direction du lycée ne l’entendait pas de cette oreille. Elle a convoqué la jeune fille et ses parents.

Le gouvernement contre l’intolérance

«Où sont nos droits religieux? C'est une école publique!», a déclaré Elianu, le père de Jeni. La conversation avec la direction du lycée a été secrètement enregistrée par la mère de Jeni. Diffusée sur Facebook, elle a fait le tour des réseaux sociaux où Elianu veut défendre les choix de Jeni. Son combat n'est pas seulement pour sa fille, mais pour les générations à venir.

Les démarches de Jeni et de ses parents ne sont pas restées vaines. Le ministre de l'Éducation et de la Culture a tranché en leur faveur. Il a déclaré que le port du hijab dans l’uniforme scolaire constituait une forme d'intolérance religieuse… qu’il ne tolérerait plus. Le ministère a même créé une ligne d'assistance téléphonique pour éviter que de telles pratiques ne se reproduisent.

Faire tomber les murs

Pour le partenaire local de Portes Ouvertes, la déclaration du ministre a ouvert la voie aux chrétiens: «Le gouvernement central pousse les autorités locales à changer de politique. J'ai contacté nos réseaux afin de faire avancer ce dossier.» Pour notre partenaire, pas de doute: «C'est le moment de faire tomber les murs!»

Bientôt une école sans cours sur l’islam?

Dans le même registre, il invite à un autre combat: «Que les écoles publiques proposent des classes et des enseignants chrétiens, car les non-musulmans sont tenus de suivre des cours sur l'islam et ne peuvent étudier leur propre religion.»

Tous les chrétiens de Sumatra occidental ne partagent pas cet enthousiasme. Certains souhaitent poursuivre la lutte pour la liberté religieuse. D’autres considèrent que Jeni et ses parents risquent de menacer la situation paisible dont jouissent les non-musulmans de la province. 

En effet, au nord-ouest du pays, la situation est plus tendue. À l’école, il n’est pas rare que les enfants de familles chrétiennes se fassent traiter d’infidèles par leurs camarades de classe ou soient ridiculisés par les enseignants qui les font asseoir au dernier rang de la salle de classe.

Quoi qu'il en soit, louons le Seigneur que Jeni puisse maintenant aller à l'école sans qu'on l’oblige à porter le hijab. Le directeur du lycée lui a même présenté ses excuses pour cet incident!