06.07.2020 /
Inde
/ news

Inde: Renforcer la foi grâce à un vélo

Un nuage de poussière s’élève derrière elle pendant qu’elle roule dans la campagne. Sanna* (photos), du centre de l'Inde, est très heureuse du nouveau vélo qu’elle a reçu des partenaires de Portes Ouvertes. Plus jamais elle ne manquera des moments de communion avec d’autres chrétiens parce qu’elle n’a pas les moyens de s’offrir un billet de bus.

Aujourd’hui, elle se rend à vélo au village voisin pour participer à la chorale de l’église. Sanna adore chanter. Depuis qu’elle a entendu la chorale la première fois où elle est allée à l’église, elle a voulu en faire partie.

Épreuves et guérison
Il y a quelques années, sa mère a été diagnostiquée avec une maladie incurable, ce qui a eu des conséquences énormes pour toute la famille. Elle avait besoin de soins constants. La famille a manqué d’argent et Sanna a dû arrêter ses études.

«Ma famille avait du mal à joindre les deux bouts. Mon père travaillait seul comme agriculteur, mes deux frères étaient trop jeunes pour l’aider.»

Mais tout a changé quand une chrétienne a partagé l’Évangile avec la mère de Sanna et qu’elle a trouvé la foi. Après de nombreuses prières, elle a été guérie.

Persécution et présence divine
Sa nouvelle foi lui avait apporté la libération et la guérison, mais la famille de Sanna et quelques autres familles chrétiennes ont été mises sous pression. Pendant deux ans, le reste du village les a boycottés socialement.

«Ils nous interdisaient de visiter d’autres personnes. S’ils apprenaient que nous l’avions fait, nous devions payer une amende de 10’000 roupies» – l’équivalent de deux mois de salaire.

Sanna ajoute avec un sourire: «Dans tout cela, j’ai senti la présence de Dieu plus que jamais. C’est Dieu qui a entendu nos prières.»

Même si la situation s’est améliorée, les chrétiens du village ne sont toujours pas pleinement acceptés et souffrent de stress psychique.

Un nouveau partenaire dans la foi
Quand les partenaires locaux de Portes Ouvertes ont rendu visite à Sanna et à sa famille et ont compris ses besoins, ils lui ont donné un vélo pour qu’elle puisse participer à la vie de l’église.

Sanna était aux anges. «Je tiens à remercier du fond du cœur tous ceux qui ont rendu cela possible. Avant, il m’était difficile de participer à la vie de l’église, car le chemin est si long pour s’y rendre à pied qu’ensuite j’étais trop épuisée pour suivre le culte.»

Ce vélo est mon nouveau partenaire dans la foi. Le trajet est maintenant incroyablement plus facile. Je participe plus souvent à des réunions de prière et ma foi grandit aussi.» /

* Nom d’emprunt

Tiré du magazine de juillet 2020