19.11.2019 /
Inde
/ news

Inde : les chrétiens protestent publiquement contre la violence

En Inde, les chrétiens sont descendus dans la rue pour protester contre l'augmentation des attaques violentes contre les églises et les croyants. La violence a atteint des proportions "alarmantes", selon l'une des déclarations. Entre-temps, le Ministre des minorités a prononcé des propos surprenants, décrivant l’Inde comme "un paradis pour les minorités religieuses".

Restriction des activités chrétiennes versus campagne de conversion à l’hindouisme

Le 30 octobre dernier, des chrétiens de tout le pays et de toutes les confessions se sont réunis dans la capitale Delhi pour élever la voix contre la violence croissante que subissent les chrétiens. Dans un mémorandum adressé au ministre indien de l'Intérieur Amit Shah, ils ont appelé le gouvernement à abandonner son projet d'introduire une loi anticonversion au niveau de la nation. Jusqu'à présent, une telle loi a été adoptée dans huit États indiens et fait l'objet d'abus répétés - principalement par des hindous extrémistes - pour mettre les chrétiens sous pression. Les chrétiens sont accusés à tort d'attirer d'autres personnes avec de la nourriture, de l'argent et des possibilités d'éducation pour changer leur foi par des moyens injustes.

"L'Inde aux hinous!"

Alors que les chrétiens sont subissent des restrictions, notamment lorsqu’il s’agit de partager leurs convictions religieuses, des groupes hindous ont organisé 10 jours avant la manifestation de protestation des chrétiens, une grande campagne de conversion dans le sud-est de l'Andhra Pradesh. L'événement, au cours duquel 500 Dalits et membres de groupes tribaux seraient retournés à l'hindouisme, s'inscrit dans le cadre de la campagne dite "Ghar-Wapsi", par laquelle l'ensemble de l'Inde doit être "ramenée à l'hindouisme".

L'Inde comme "modèle d'unité dans la diversité" ?

Le jour même des manifestations, le quotidien indien "Deccan Herald" a rendu compte d'une rencontre entre le ministre indien des minorités, Mukhtar Abbas Naqvi, et l'ambassadeur américain pour la liberté religieuse, Samuel Brownback, arrivé avec une délégation. Naqvi a déclaré que l'harmonie et la tolérance communautaires font partie de l'ADN de la majorité de la population indienne et que les droits constitutionnels, sociaux et religieux fondamentaux des minorités sont pleinement garantis. Le ministre a également présenté à ses visiteurs divers programmes du gouvernement indien en faveur des minorités et a qualifié son pays de "modèle d'unité dans la diversité pour le monde entier".

Cette image d’idéal tranche d’avec celle communiquée par l’ONG Portes Ouvertes dans son Index Mondial de Persécution. En effet, l'Inde s’y classe actuellement au 10e rang des pays où les chrétiens sont les plus persécutés pour leur foi. Les nationalistes hindous de plus en plus agressifs exigent un État purement hindou dans lequel les minorités religieuses n'ont pas leur place. Des extrémistes hindous et des foules incontrôlables commettent régulièrement de violentes attaques contre des chrétiens sans être poursuivis par les autorités.