17.05.2019 /
Inde
/ news

Inde: Aux côtés de l’Eglise face à l’enjeu électoral

Près de 900 millions d’électeurs! En Inde, les plus grandes élections du monde, qui ont duré plus d’un mois, arrivent à leur terme. Pour les chrétiens en particulier, l’enjeu de cette votation est énorme. Soutenons-les dans la prière!

En l’espace de cinq ans, l’Inde est passé du 28e au 10e rang de l’Index mondial de persécution. Il y a cinq ans exactement avaient lieu les dernières élections en Inde, et l’arrivée au pouvoir du BJP, parti nationaliste hindou, hostile aux chrétiens. C’est dire l’impact que la dimension politique peut avoir sur les chrétiens, dans ce géant de l’Asie du Sud. Prions pour que les élections qui ont lieu en ce moment en Inde améliorent leur futur!

A l’heure actuelle, en Inde, «ne pas être hindou équivaut à ne pas être Indien». Cette réalité, le pasteur Manoj* l’a vécue lorsqu’il s’est converti: «Depuis le jour où je suis devenu chrétien, j'ai été persécuté. J'ai été expulsé de chez moi et n’ai pu y retourner pendant deux ans, on m’accusait d'avoir converti de force une fille. J'ai été battu tellement que je ne pensais pas survivre. C'est le pays dans lequel nous vivons. Les élections sont directement liées à notre liberté.»

Depuis que le BJP nationaliste hindou a accédé au pouvoir, les minorités sont mises sous pression, victimes de violences et peu à peu exclues de la société civile. Rien que l’an dernier, près de cent églises ont été attaquées, plus de 200 chrétiens ont été emprisonnés et 14 tués à cause de leur foi.

Les chrétiens craignent qu’une nouvelle victoire des nationalistes hindous entraîne l’extension de la loi anti-conversion à l’échelle nationale et la création d’une nation exclusivement hindoue. Les conséquences en seraient une mainmise sur l’éducation, des campagnes de Ghar Wapsi (conversions forcées à l’hindouisme) ainsi qu’un climat d’impunité encourageant les extrémistes hindous à plus d’exactions.

«Les électeurs regrettent leur choix de 2014. Là où je vis, la majorité n’apprécie pas du tout le BJP. Il ne devrait pas gagner une nouvelle fois. Mais nous craignons que les élections ne soient truquées. (…) En tant que pasteurs, on nous a promis terre et protection si nous votions pour eux», a expliqué le pasteur Vishal*, contacté par des partenaires de Portes Ouvertes.

Le pasteur Ravi*, responsable d’une église d’une septantaine de membres, a lancé un appel à la prière: «Nous sommes reconnaissants à ceux qui prient avec nous. Nous avons besoin d’être épaulés. Je me moque de savoir quel parti gagne, tant qu'il apporte la paix. Veuillez prier pour cela. Et priez pour qu'il n'y ait pas de corruption ou d'abus de pouvoir, a-t-il conclu.

* Noms d’emprunt