13.07.2018 /
Iran
/ news

Grèce: des chrétiens iraniens agressés dans un camp de réfugiés

Ils avaient fui l’Iran pour vivre librement leur foi. 5 chrétiens iraniens pensaient avoir trouvé protection en Grèce. C’est là qu’ils ont été agressés dans un camp de réfugiés.

Les faits se sont déroulés dans le camp de réfugiés de Larissa, une ville située à mi chemin entre Athènes et Thessalonique en Grèce. 5 chrétiens iraniens convertis de l’islam ainsi que deux enfants ont été attaqués par les autres réfugiés du camp le 24 juin dernier.

 «C’est un camp musulman ici!»

Deux couples de chrétiens iraniens, leurs enfants et un autre ami chrétien, rentraient de l’église et se trouvaient dans le petit conteneur métallique qui leur servait de logement dans le camp. Soudain, une foule de 30 à 40 réfugiés est arrivée. Ils ont arrosé d’essence le conteneur et ont menacé d’y mettre le feu. Ils ont frappé les hommes et ont menacé les femmes et les enfants en leur mettant un couteau sous la gorge et en criant «c’est un camp musulman ici, partez!»

La police, appelée en renfort, n’a pas voulu se déplacer car en infériorité numérique. Le lendemain à 5 heures, les victimes ont fui le camp. Aujourd’hui traumatisées, elles sont prises en charge par une association chrétienne.

Persécutés où qu’ils aillent

La première famille de victimes, Hamid, Fatima et leur fille de 3 ans a quitté l'Iran il y a 2 ans. Ils se sont convertis dans une église d'Istanbul en Turquie. Ils avaient reçu une bible en Iran et ils voulaient devenir chrétiens mais c’était trop dangereux, d’où leur départ. Ils sont restés 4 mois en Turquie avant de continuer vers la Serbie où ils sont restés 10 mois avant d’arriver en Grèce. Depuis leur conversion, ils n’ont cessé d’être menacés, où qu’ils aillent.

Dans l’autre famille de victimes, Amir et Mahsan étudiaient secrètement la Bible en Iran, lorsqu'ils ont été découverts par des membres de leur famille, membres de la Garde révolutionnaire iranienne. Ils ont fui alors que leur famille menaçait de les tuer. Ils sont parents d'un jeune enfant.

Mustafa, l'ami présent lors de l'agression, lui aussi chrétien iranien d'arrière-plan musulman réfugié dans le camp, venait leur rendre visite de temps en temps pour lire la Bible ensemble. 

Les minorités religieuses extrêmement vulnérables

Dans les camps de réfugiés, même en Europe, les minorités religieuses sont extrêmement vulnérables. Selon l’organisation chrétienne ‘International Christian Consulate’, qui aide les chrétiens réfugiés en Grèce, les minorités religieuses représentent 2 à 4% des réfugiés qui arrivent en Europe. Après avoir fui la persécution et les violences dans leur pays, elles sont de nouveau prises pour cible dans les camps de réfugiés à cause de leur foi.