12.02.2021 /
Corée du Nord
/ news

Corée du Nord: Seul Dieu a pu redonner espoir à Yeong Woo

Yeong Woo, chrétien nord-coréen, a passé plusieurs années de sa vie en camp de travail forcé et en prison. Dans des conditions si difficiles que sa foi s’est brisée. C’est la voix de Dieu, lui assurant qu’«Il ne l’avait jamais abandonné» qui l’a remis debout. 

À l’adolescence Yeong Woo (pseudonyme) décide de fuir son pays en traversant à la nage la rivière Tumen avec quelques amis pour rejoindre la Chine. C'est là qu’il rencontre des chrétiens pour la première fois. Leur gentillesse le touche à tel point qu’il revoit son jugement sévère à leur encontre, construit sur des années d’endoctrinement idéologique subies en Corée du Nord. 

Il se met à étudier la Bible. Mais une nuit, après avoir passé plusieurs heures dans la prière avec des amis, il ouvre les yeux, un pistolet sur la tempe. «Ne bouge plus!», lui crie quelqu'un en chinois. À tout juste 18 ans, il est renvoyé dans son pays et emprisonné une première fois. Relâché et de retour en Chine, il est dénoncé, et emmené cette fois-ci dans un camp de travail forcé, près de la ville frontalière de Hoeryong. «Les prisonniers n’y ressemblaient plus à des humains, à cause de la malnutrition», se souvient-il.

Une foi brisée

Le scénario se répète encore. «À l'époque, les punitions pour avoir traversé la frontière étaient assez clémentes», se souvient Yeong Woo. En captivité pour la troisième fois, il rencontre un homme bon dans le camp. C’est un chrétien et il est souffrant. Yeong Woo supplie Dieu de le guérir. «J'ai pensé que si Dieu devait sauver une seule personne, ce serait lui. Puis l'homme est mort sous mes yeux. Et ma foi n’a pas résisté.»

Relevé par Dieu

Après avoir purgé sa peine, Yeong Woo s’évade encore de Corée du Nord pour la Corée du Sud, via la Chine, le Vietnam et le Cambodge. Le pays est complètement différent de tout ce qu’il connaît, ses Églises aussi. Chaque nuit, ses rêves le ramènent en prison. Il se met à jouer et à boire de manière compulsive, afin de tenter d’oublier son passé. Jusqu'au jour où quelque chose change. «J'étais en Corée du Sud depuis huit ans. J'allais parfois à l'église, souvent je m'assoupissais pendant le culte, et pour la première fois de toute cette période, j’ai prié de manière sincère: ‹Dieu, que m'est-il arrivé?› Soudain, Dieu a répondu plus clairement qu'auparavant. ‹Yeong Woo, je ne t'ai jamais abandonné.»

«Cette fois, ces mots ont transpercé mon âme comme une épée. Mon corps tout entier a tremblé. J'ai gémi: ‹Oh mon Dieu, je suis désolé!› Puis Dieu a parlé à nouveau. ‹Le temps est venu. Allons-y!»

Préparé à réconforter ceux qui souffrent

Yeong Woo savait ce que Dieu voulait dire. Il devrait étudier la théologie et devenir pasteur. Et c’est ce qu’il a fait.  Aujourd'hui, à 39 ans, il est marié et en paix par rapport à son parcours: «J’ai connu Dieu au milieu de circonstances difficiles. J'ai l'impression qu'Il m'a préparé ainsi à réconforter ceux qui souffrent. J'ai hâte de montrer à mon peuple ce que signifie vraiment la liberté. La liberté en Dieu  ̶  c'est un espoir qui ne peut être comparé à rien d'autre. J'espère que vous et tous ceux qui soutiennent Portes Ouvertes pourrez prier pour les chrétiens de Corée du Nord avec le cœur de Dieu.»