01.10.2020 /
Myanmar
/ news

Comment Dieu a sauvé une famille de la mort

Samson, 60 ans (photo), montre à notre équipe un bref clip vidéo. On y voit une foule bouddhiste déchaînée qui attaque sa maison peu après que la famille de Samson est devenue chrétienne. Cela fait trois ans que les voisins de Samson ont tenté de tuer sa famille et l’ont finalement chassée du village. Aujourd’hui, le danger existe toujours et la famille vit dans une maison de refuge secrète tenue par un partenaire de Portes Ouvertes au Myanmar.

Samson vivait dans un village birman typique, dans une maison en bois avec une vingtaine de membres de sa famille élargie, des enfants et des petits-enfants, comme cela est courant en Asie. Lui et sa famille croyaient en Bouddha et faisaient de leur mieux pour être bons.

« Mais nous ne pouvons pas faire le bien tous les jours. Nous ne pouvons pas offrir de grands sacrifices. Parfois, je ne pouvais pas méditer. Je savais que je serais puni pour ce que je ne pouvais pas faire. » 

« Nous ne pouvons pas faire de compromis »
Mais il y a quelques années, un pasteur a parlé de la bonne nouvelle de Jésus à Samson et il a compris qu’il ne pouvait plus essayer de gagner lui-même son salut.  « Je ne dis pas que les bouddhistes soient de mauvaises personnes. Mais nous sommes tous des pécheurs. Jésus est mort pour nous. Il est le Dieu vivant et notre Rédempteur. Nous ne pouvons pas faire de compromis. » 

Quand les villageois ont appris que la famille était devenue chrétienne, ils en ont informé le chef du village. Les autorités ont convoqué une réunion dans un monastère bouddhique voisin et ont forcé Samson et sa famille à venir. Une cinquantaine de moines et deux cents autres personnes étaient présents.

Un des moines a alors demandé à Samson : « Crois-tu vraiment en Jésus ? Ne veux-tu pas revenir à notre religion ? »

Samson a répondu : « Nous ne renierons pas notre foi. Nous croirons en Jésus jusqu’à notre mort ! » 

Le lendemain matin tôt, cinq camions sont arrivés au village et ont déchargé des centaines de pierres juste devant sa maison. C’était étrange, mais Samson a fini par se dire que toutes ces pierres devaient simplement servir à réparer la route.

Le jour où il a plu des pierres
Le lendemain matin, Samson et sa famille s’apprêtaient à prier lorsqu’ils ont entendu la voix du chef du village, qui était venu avec d’autres personnes : «Tuez-le ! Samson, demande maintenant à ton Dieu de te sauver ! »

Les cris devenaient de plus en plus forts. Puis il y a eu un silence – un sifflement et un bruit sourd. La première pierre.

Samson se souvient : « Ils ont jeté une pierre après l’autre. Ma petite-fille s’est levée et a fermé la fenêtre. Une pierre l’a atteinte à la poitrine et l’a blessée. Il y avait tellement de bruit ! Ils criaient : ‹ Tuez-les, tuez-les ! › Nous n’avons pas cessé de prier Dieu, même quand ils ont tenté d’incendier la maison. »

Mais les assaillants n’y sont pas parvenus. Ils ont alors essayé de mettre le feu aux motos et aux vélos de la famille. Mais le feu s’est à nouveau éteint. Faute de pouvoir brûler la maison de Samson, la foule s’est dirigée vers celle de sa plus jeune fille, non loin de là, et l’ont gravement endommagée.


La terrasse de Samson après le caillassage de sa maison

« Ma fille a appelé notre pasteur à l’aide et une personne de l’église est allée à la police. Au bout d’une heure, la police est arrivée dans notre village pour nous mettre à l’abri. Je me souviens qu’un moine bouddhiste a demandé : ‹ Y a-t-il encore quelqu’un de vivant ici ? Sortez tout de suite ! › Quand nous sommes sortis, les gens étaient étonnés de nous voir encore en vie. »

Dans une maison de refuge
Samson et sa famille s’en sont sortis relativement indemnes. Ils ont été emmenés à la mairie, puis à l’hôpital.

Mais la famille ne pouvait plus vivre dans le village. Un partenaire de Portes Ouvertes les a conduits chez lui dans une maison de refuge. C’est une solution provisoire. Portes Ouvertes les aidera à déménager et à construire une nouvelle maison ailleurs.

Malgré les blessures et les traumatismes, Samson a choisi de ne pas porter plainte contre ses agresseurs. L’homme qui avait essayé de mettre le feu à sa maison est même venu voir Samson et lui a demandé pardon – il est maintenant chrétien lui aussi. /

Tiré du magazine d'octobre 2020