30.10.2020 /
Chine
/ news

Chine: sept ans d'emprisonnement pour un libraire chrétien

Une condamnation de sept ans de prison pour « activités commerciales illégales ». Cette sentence drastique a été prononcée le mois dernier à l’encontre d’un libraire chrétien, deux semaines avant que la Chine n'obtienne une place au sein du Conseil des droits de l'homme des Nations unies. Une accession critiquée.

Romanel-s-Lsne, le 30 octobre 2020 - L'accusation a été portée par le tribunal populaire de la ville de Linhai contre Zhang Xiaomai, propriétaire d’une librairie en ligne. En plus de la longue peine de prison, les juges lui ont infligé une amende de 200’000 yuans (environ 30’000 francs). Xiaomai avait été arrêté en septembre dernier pour avoir dirigé la librairie en ligne "Xiaomai Bookstore" et vendu de la littérature chrétienne qu'il avait auparavant importée de l'étranger. « Ce n'est pas la première fois qu'un libraire religieux est condamné à la prison. Sept ans et une amende aussi lourde, c'est rare », a expliqué une personne de contact à l’ONG Portes Ouvertes.

Les livres sans numéros ISBN chinois sont illégaux

« Le gouvernement chinois restreint la vente en ligne de livres chrétiens depuis un certain temps. Mais les Chinois trouvent toujours de nouveaux moyens de les rendre disponibles sur des plateformes en ligne », a déclaré la personne de contact sous le couvert de l’anonymat. « L'un des problèmes que pose l'importation de livres est qu'ils ne possèdent pas de numéro d'identification ISBN délivré par la Chine. Ils sont donc illégaux et deviennent la cible d'enquêtes officielles ». Des fonctionnaires auraient vérifié les reçus d'expédition et recherché les clients des librairies pour recueillir des preuves. Certains d'entre eux ont été invités à rendre les livres achetés.

De nombreux contenus chrétiens sont victimes de la censure sur Internet

Dans le même temps, les contenus chrétiens sur Internet sont également de plus en plus censurés. La plateforme populaire "Renrenjiang" propose des conférences en streaming sur des sujets variés. Mais le fournisseur a récemment refusé d’y publier du contenu sur un pasteur et une communauté de chrétiens sourds du nord de la Chine. Bien que les auteurs aient déjà utilisé la plateforme pendant deux mois, on leur a dit qu' « une émission sur la religion n'est pas compatible avec leurs directives ». Comme le rapporte le « China Christian Daily », un grand nombre de vidéos de sermons ont été diffusées via d'autres plateformes en ligne au cours des deux dernières années.

« Des pyromanes aux postes de pompiers »

A la lumière de ces faits récents, l'élection d'un représentant chinois au Conseil des droits de l'homme des Nations unies le 13 octobre dernier a suscité de vives réactions. Outre la Chine, l'Arabie Saoudite était également candidate, mais son représentant n'a pas été élu. « Élire ces dictatures comme juges des droits de l'homme de l'ONU, c'est comme transformer un gang d'incendiaires en pompiers », a déclaré Hillel Neuer, directeur exécutif de « United Nations Watch ». Cependant, Frans Veerman, analyste du département de recherche de l’ONG Portes Ouvertes, a déclaré que l'élection pourrait également avoir des aspects positifs : « Elle pourrait éveiller un sentiment de responsabilité pour les droits de l'homme, y compris le droit à la liberté de religion ou de croyance, dans les gouvernements qui violent actuellement les droits de l'homme ». Cependant, M. Veerman partage les craintes des militants des droits de l'homme: « Le fait que [des pays comme la Chine] soient élus au Conseil des droits de l'homme des Nations unies malgré leur mauvais bilan en matière de droits de l'homme envoie un message à ces pays et aux autres pays qui violent les droits de l'homme, à savoir qu'ils peuvent s'en tirer à bon compte. Cela supprime toute incitation au changement. Et les chrétiens seront parmi ceux qui souffrent ».

En effet, la Chine se classe au 23e rang des pays qui persécutent le plus les chrétiens, dans l’Index mondial de persécution publié chaque année par l’ONG Portes Ouvertes.

Sources : China Aid, China Christian Daily, Portes ouvertes