04.10.2019 / news

Burkina Faso: L’église appelle au secours!

Face à la montée du terrorisme dans le pays, les églises du Burkina Faso lancent un appel à la communauté internationale. Une chaîne de prière a aussi été mise en place. Soutenons nos frères et sœurs burkinabés!

Le Burkina Faso connaît une crise humanitaire sans précédent suite à l’intensification des attaques djihadistes dans le nord du pays. Toute la population est concernée, mais les chrétiens ont été spécifiquement ciblés ces derniers mois. «Il s'agit d'un phénomène nouveau dans ce pays qui a une culture de tolérance interreligieuse qu'on ne retrouve nulle part ailleurs dans le Sahel», constate Illia Djadj, expert de Portes Ouvertes pour l'Afrique de l'Ouest. Il ajoute: «Si le Burkina Faso sombre dans le chaos, c'est toute la région qui sera affectée.»

En 2019, 27 chrétiens ont été assassinés dans huit attaques ciblées. Des dizaines d'églises ont été fermées dans le nord du pays pour éviter de nouvelles attaques. Quatre pasteurs ont été assassinés, un nombre inconnu de pasteurs et leurs familles ont été enlevés et restent en captivité. On parle de près de 290'000 déplacés. 330'000 enfants ne vont plus à l'école.

Que deviendront ces milliers de familles forcées de quitter leurs localités sans rien pouvoir emporter avec elles? Et toutes ces familles à qui les assaillants ont simplement interdit de cultiver? Si rien n’est fait, le déploiement d’une crise humanitaire sans précédent dans les régions du Sahel et du Centre-Nord est à craindre.

Du milieu de l’insécurité, cette semaine, la Fédération des Eglises et Missions Evangéliques (FEME) du Burkina Faso a alerté la communauté internationale sur la détérioration de la situation des chrétiens dans le nord du pays. Sous forme d’un «appel de Ouagadougou», elle tire la sonnette d’alarme et réclame une aide urgente, tant humanitaire que militaire.

En parallèle, la FEME a lancé une chaîne de prière qui est active depuis le 18 septembre et à laquelle les chrétiens d’Occident peuvent se joindre. C’est le moment de soutenir nos frères et sœurs burkinabés!