08.05.2020 /
Arabie saoudite
/ news

Arabie Saoudite: Son premier ramadan en tant que nouveau chrétien

L’Arabie Saoudite est l’un des pays les plus hermétiques à la foi chrétienne. Des panneaux indiquent clairement l’interdiction pour un non musulman d’entrer dans La Mecque. Mais qui arrêtera la volonté de Dieu?

Boutros* est chrétien depuis peu. Ce Saoudien a rencontré Jésus lors de son dernier pèlerinage à La Mecque. Il dormait dans une chambre avec d’autres pèlerins musulmans quand Jésus lui est apparu en rêve. «Il était très grand, bien plus grand que Mahomet», se souvient-il. Boutros a poursuivi son pèlerinage, mais le cœur n’y était plus. Ensuite, lors d’un voyage à l’étranger, il a lu le Nouveau Testament en secret et a donné son cœur à Jésus.

Boutros ne pouvait pas courir le risque de rapporter les Écritures avec lui en Arabie Saoudite. Trop dangereux. Alors, il s’enferme à double tour et lit la Bible en ligne dans la plus grande discrétion. Pour ne pas être repéré, Boutros observe le jeûne du ramadan. Mais son cœur est concentré sur la croissance dans la sagesse et la connaissance de son Seigneur et Sauveur: Jésus-Christ. La lecture de textes bibliques sur le jeûne (Esaïe 58:6 par exemple) renforce sa foi. Dès les premiers jours du ramadan, Boutros a senti que Dieu lui parlait très clairement à partir des passages qu’il lisait: «Je réalisais que Dieu me parlait directement. C’était si net que cela en devenait un peu effrayant.»

Pour Boutros, ce premier ramadan en tant que chrétien est le mois de tous les défis. En public, il doit impérativement respecter les rituels de l’islam, ou du moins faire semblant. Au moindre faux pas, à la moindre parole irréfléchie, son entourage porterait des soupçons sur lui. Il pourrait être dénoncé aux autorités. «Je subirais un interrogatoire et, en me gardant de mentir, ma nouvelle foi serait vite découverte.»

Boutros aimerait tant parler de sa foi à ses femmes (il en a trois), à ses parents, à ses enfants… mais il n’ose pas le faire. Son cœur est partagé à cause de son secret. Il soupire: «Ce n’est pas naturel de garder l’amour de Jésus pour moi seul. Je ne peux pas dire à ma famille que je l’ai rencontré. Je suis obligé de me taire. Sinon, c’est la mort!» 

Les Saoudiens n’ont pas le droit de se convertir au christianisme sous peine de mort. Le contrôle des autorités est si étroit qu’il n’y a pas de violence à l’égard des chrétiens: ils n’ont quasiment jamais l’occasion de témoigner! L’islam et la culture musulmane étranglent toute expression de la foi chrétienne. «Je ne sais pas combien de temps je pourrai tenir seul en vivant ainsi une double vie», confie Boutros.  

Des Saoudiens apprennent à connaître Christ par internet, par la télévision satellite ou par des contacts avec des chrétiens étrangers. Vivre leur foi dans leur pays est un défi dangereux et solitaire, mais trouver la vérité en vaut la peine.

*Nom d’emprunt