02.03.2018 /
Arabie Saoudite
/ news

Arabie Saoudite: Le prix d’être femme et chrétienne

Après le droit de conduire non accompagnées, les Saoudiennes peuvent désormais créer leur entreprise sans une tutelle masculine. Nawal, elle, doit toujours cacher sa foi à son mari.

Seule dans sa cuisine, Nawal* (bientôt 30 ans) baisse la tête une seconde en fermant les yeux et chuchote: «Amen». Elle vient de recevoir un message sur WhatsApp,  quelques mots d’encouragement via un numéro neutre. Elle sait que quelqu’un prie pour elle. Vite, Nawal répond, puis efface la conversation. Nawal rêve d’une autre liberté: vivre sa foi chrétienne sans être tenue au secret absolu. Mais en Arabie Saoudite, quitter l’islam peut coûter la vie.

La peur au ventre, Nawal ne laisse aucun indice sur sa foi. Si son mari découvrait qu’elle est devenue chrétienne, il aurait tout à fait le droit de la frapper, de divorcer et même de la tuer. Nawal a grandi comme la plupart des Saoudiennes: dévalorisée. Plus jeune, c’est en cherchant un sens à sa vie qu’elle a rencontré sur internet une enseignante chrétienne. Une étrangère. Grâce à un réseau d’accompagnement en ligne soutenu par Portes Ouvertes, Nawal a senti que Christ lui parlait et elle lui a confié sa vie.

Les problèmes ont commencé quand la foi de Nawal a été découverte par sa mère. De peur qu’elle ne rencontre d’autres chrétiens, Nawal a été privée de sortir de la maison durant plusieurs années. Sa seule issue a été de conserver l’accès à son téléphone et à son ordinateur, mais sans aucune vie sociale. Quand la question du mariage s’est posée, Nawal a partagé ce sujet de prière avec ses contacts chrétiens sur WhatsApp. Elle s’est mariée avec le troisième candidat présenté par sa famille: un musulman modéré. Enfin, elle quittait la prison familiale!

Le jour de son mariage, Nawal a envoyé ce message à ses contacts: «Je continuerai à vous lire mais, pour ma sécurité, j’effacerai vos informations.» En public, Nawal se comporte en «musulmane»: cinq fois par jour, elle prie… Jésus dans son cœur. Du fond de sa solitude, elle lui demande la force de continuer à croire. En silence.

En Arabie Saoudite, la loi islamique ne laisse aucune chance à quiconque abandonne l’islam: c’est la peine capitale. Le pays occupe la 12e place sur l’Index mondial de persécution. Et pourtant, ils sont nombreux dans ce pays à s'intéresser à l'Evangile malgré les risques et des témoignages nous parviennent.

*Prénom d’emprunt