16.08.2018 /
Afghanistan
/ news

Afghanistan: la persécution le poursuit jusqu'en Inde

On l'appellera Ap. Il fait partie des 4 500 demandeurs d'asile afghans réfugiés en Inde. Converti au christianisme, Ap a fui la persécution dans son pays.

Ap* est un afghan d'une soixantaine d'années. Il vit aujourd’hui dans un sous-sol à New Delhi, la capitale de l'Inde. Il y a trois ans, il a fui l'Afghanistan car il était persécuté à cause de sa foi. Arrivé en Inde, il est à nouveau confronté à l'hostilité de ses compatriotes.

L’histoire d’un afghan converti

Le journal indien Mint, dans son édition du 28 juillet 2018, rapporte l'histoire d'Ap, devenu chrétien à 38 ans et qui a, depuis, perdu tout contact avec ses parents et ses frères et sœurs.

Alors qu’il était encore dans son pays, Ap se rendait régulièrement dans une église de fortune, à Kaboul. Un jour de novembre 2014, le culte a été interrompu par des coups de feu : l’agent de sécurité avait été tué.

«Les talibans avaient localisé notre lieu de prière. Tout de suite, nous nous sommes précipités pour éteindre les lumières et nous nous sommes cachés sous les tables et dans les coins», témoigne-t-il.

Les tireurs sont ensuite entrés par effraction dans la pièce et ont commencé à tirer au hasard. De nombreuses personnes sont mortes. Ap, blessé à la jambe, a été transféré à l'hôpital, puis arrêté et interrogé sur sa conversion. Il décide alors d’utiliser son visa indien de six mois, de s’enfuir et de demander l’asile à New Delhi.

Rejeté par les autres réfugiés Afghans

En tant que réfugié et chrétien, le plus difficile pour lui a été de se faire accepter par ses compatriotes vivant à New Delhi.

«Ils se demandent pourquoi je me suis converti. Ils maltraitent souvent leurs compatriotes [les chrétiens afghans] ; parfois, les gens jettent même des pierres sur nos maisons», dit-il.

C'est également le cas de Si*, une femme de 30 ans, demandeuse d'asile. Elle a fui l'Afghanistan avec ses parents après avoir été victime d'abus continuels de la part de son mari. Elle s'est convertie au christianisme en Inde, et préfère garder sa nouvelle foi secrète. Elle craint des représailles de la part de ses compatriotes afghans vivant en Inde. 

La persécution suit les réfugiés de confession chrétienne

En Afghanistan, tous les chrétiens sont d’arrière-plan musulman et ne peuvent en aucun cas professer leur foi ouvertement. Le gouvernement leur est particulièrement hostile. Et à tout moment, ils risquent de se faire tuer par les extrémistes islamiques mais aussi par des membres de leur propre famille.

Au 1er juillet, environ 14 500 demandeurs d'asile afghans étaient enregistrés auprès du bureau du HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies) en Inde. Il est difficile de connaître le nombre de chrétiens parmi eux car ils doivent se faire discrets pour éviter de nouvelles persécutions.