Toby, 13 ans, vient de la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo, région où les islamistes radicaux ont causé des ravages parmi les chrétiens.

Enlevé par des islamistes radicaux
En juin 2015, avec ses parents, il rend en visite à ses grands-parents. Ce jour-là, les extrémistes attaquent le village, brûlent plusieurs maisons et prennent en otage une partie des habitants, dont Toby et ses parents.

Les rebelles les emmènent dans la forêt, au milieu du parc National Virunga, près de la ville d’Oicha. Les victimes sont constamment sous surveillance. Ceux qui tentent de fuir sont égorgés, ceux qui s’aventurent trop près de la route menant à Oicha sont également abattus. La maman de Toby est une de ces victimes et son fils est forcé à assister à sa mort brutale. Aujourd’hui encore, ses nuits sont hantées par les souvenirs de cette scène horrible.

Puis, le papa disparaît. Toby imagine le pire. Heureusement, il découvrira un peu plus tard, que son père a réussi à fuir.

Un jour, Dieu ouvre aussi un chemin pour Toby. «J’étais à l’arrière du groupe pendant un déplacement, ce qui était interdit. Tout à coup, je me suis retrouvé tout seul. Je me suis caché dans les buissons pendant deux heures, puis j’ai fui dans la direction opposée.»

Il finit par atteindre un village, près d’un camp de l’armée nationale, où une infirmière le reconnaît. Toby est heureux quand elle le ramène à son papa. Mais ce dernier est si traumatisé qu’il n’est plus capable de s’occuper de son fils. C’est Joseph, un pasteur de l’église locale, qui le recueille.

Suivre Jésus au sein des traumatismes

Aujourd’hui, Toby est retourné à l’école et suit Jésus avec tout son cœur. Mais il continue de souffrir des traumatismes subis lors de sa captivité. Il lutte avec la haine contre ses ravisseurs et contre les musulmans en général.

Ecrivez quelques mots d'encouragement à Toby.  Il a besoin de vos prières et de vos encouragements.

Envoyez vos cartes ou lettres jusqu'à la fin juin 2018.

Indications pour écrire un mot d'encouragement:

  • Indiquez le nom du destinataire
  • Glissez la carte postale dans une enveloppe à notre adresse.
  • N'écrivez pas l'adresse de Portes Ouvertes sur la carte.
  • Ne joignez pas d'argent.
  • Merci de ne pas mentionner la religion et la politique.
  • N'indiquez pas votre adresse, mais seulement votre nom et votre pays.
  • Ne mentionnez jamais Portes Ouvertes.

Nous ferons suivre le courrier.

Merci beaucoup!

(photo d'illustration: La rivière Obangui, frontière entre la RCA et la RDC)

Infos février 2018

 

Votre aide (autres)